Interview

Interview

Interview de Nicolas Sevestre, réalisée le 12/12/2018.


Seconde interview de la saison. J’ai décidé cette fois-ci, d’interroger Marsu, plus connu sous son vrai nom, Nicolas Sevestre.


Nicolas fait partie des acteurs de ce club qui ont commencé à jouer en benjamins au BCF et qui, 12 ans plus tard, sont toujours au club et font maintenant …..je ne vais pas tout vous dire. C’est à découvrir dans son interview.


Bonjour Nicolas, peux-tu te présenter ?


Je m’appelle Nicolas Sevestre. J’ai eu 22 ans en août et je suis né à Montpellier. J’habite St Jean de Vedas. Je ne suis pas marié et je n’ai pas d’enfant.


Quel est ton rôle au BCF ?


Je suis au BCF depuis quelques années. Je suis entraîneur et vu que ça fait quelques années que je suis là, même si je suis jeune, j’essaye aussi de former les plus jeunes au métier d’entraîneur. J’aime aussi tout ce qui touche au bénévolat. J’étais jusqu’à l’année dernière en service civique au club. Je ne fais pas que de l’entraînement. J’organise des évènements. Je suis toujours là pour aider, donner un coup de main sur les différentes manifestations et former les générations à venir.


Depuis combien de temps es-tu au BCF ?


Il me semble que ça fait 12 ans, comme mon numéro au basket 😊 J’ai commencé à 10-11 ans donc 11-12 ans que je suis là, que je suis fidèle.


Pourquoi avoir choisi le basket ?


Je me posais la question la semaine dernière et je ne sais plus trop. Surement à la journée des associations. Il me semble que c’était Sabrina Borrel qui était là et qui m’avait accueilli. J’ai essayé le basket, ça m’a plu et je suis resté.


Ton parcours dans le basket ? Joueur, entraîneur, dirigeant.


En tant que joueur, je n’ai pas fait une grande carrière (il doit oublier qu’il n’a que 22 ans). En jeune, U13, U15 et U17, j’ai toujours joué en département, je ne suis jamais allé plus haut. En U20, on voyageait un peu plus parce qu’il y avait moins d’équipes, j’ai fait un peu de région. Et depuis que je suis en senior, l’année dernière en RM2 et cette année, un peu avec l’équipe 1 en prénat.
En tant qu’entraîneur, j’ai commencé au coté de Julie, c’est grâce à elle que j’ai débuté. C’était sur une équipe de benjamines ou minimes filles, j’avais 16 ans. J’ai de suite passé mes diplômes d’animateur et d’initiateur. Comme ça, dès que j’ai eu 18 ans, j’ai pu coacher une équipe le week-end. J’ai aussi passé le BP JEPS. J’ai suivi les cours pour la formation CQP1 mais je ne l’ai pas eu.
Entant que dirigeant. Je n’ai jamais vraiment été dirigeant. Je suis bénévole, j’adore entrainer, je donne un coup de main sur les évènements. Il y a le tournoi des filles qu’on organise avec Julie.


Ton ou tes meilleurs souvenirs dans le basket :


Joueur, je devais être en minime. Ça m’a vraiment marqué. Juste avant la mi-temps, il devait rester 5 secondes
à jouer. L’équipe adverse prend un temps mort. On jouait à domicile et on avait 2 points de retard. Julie nous
dit quelque chose, je ne me souviens pas du tout de ce qu’elle nous a dit. Je n’ai pas écouté. Dans ma tête
c’était « je vais faire une interception et je vais marquer ». Et en effet, je défends sur le joueur qui devait
recevoir la balle. Il se démarque, et là, je sors de nulle part, j’intercepte, je vais seul au panier et je marque
juste avant le buzzer. Egalité, à la mi-temps. Et là, je ne suis pas très souple, je me suis mis à faire une roue sur
le terrain. Ça ne devait pas être très beau à voir 😊 Et à la fin du match, je crois qu’on a perdu.
Un autre, en U20, avec Koffi qui coachait. On joue 4 fois Pézénas dans la saison et on gagne 3 fois au buzzer et
à chaque fois c’est moi qui mets le panier au buzzer. Voilà un peu mes bons souvenirs. C’était sympa.


Ton ou tes pires souvenirs dans le basket ?


Je n’ai pas de pires souvenirs. Des défaites mais ce n’est pas de pires souvenirs. Ben non, je n’en ai pas.


Tes objectifs au club ?


Alors moi, je ne suis pas quelqu’un de très ambitieux. Je vais suivre un peu les idées de Jacob, c’est quand
même lui, au niveau entraîneur qui m’a pas mal formé, lui dont je me suis un peu inspiré.
J’aimerais que le club vive bien, c’est un club familial, le but c’est que ça le reste. Si on peut s’agrandir de plus
en plus et développer le basket, surtout le basket féminin. On le fait très bien depuis des années, si on peut
continuer, ça peut être pas mal. Il y a aussi le nouveau championnat 3c3 qui arrive, ça peut être intéressant de
se lancer là dedans.


Tes passions en dehors du basket ?


J’aime bien dormir. Je suis quand même fainéant, je me régale. Je me fais des siestes très souvent le jeudi
après-midi. Je finis à 14h00 au boulot et le mardi et mercredi soir, on finit les entraînements 22-23h, je suis
fatigué. Donc le jeudi, je peux me faire une sieste de 3h !! Sinon j’aime bien sortir avec des copains, être entre
potes.


L’endroit où tu aimerais être, là tout de suite.


Dans mon lit. Sur mon canapé à regarder la télé, jouer à la play au jeu de basket, ou sur le terrain, entrain
d’entraîner.


Ton plat préféré ?


J’aime beaucoup les lasagnes, celle de ma mère !! Je n’aime pas le fromage, du coup elle me fait un coté sans
fromage 😊


Une personne célèbre que tu admires


Je n’admire personne en particulier. J’admire mon père, parce que c’est mon père. Comme surement
beaucoup de garçons admire leur père. Après je m’inspire de beaucoup de personnes mais je ne suis pas
forcément en adoration.


Un dernier mot pour les licenciés et pour les supporters du club ?


Faites du basket !! Je pense que c’est un sport complet où on travaille plein de choses différentes. C’est un
sport collectif, c’est important notamment pour les enfants de développer des qualités dans ce sport-là. Pour
leur vie plus tard, ça peut être intéressant d’avoir appris à travailler et à jouer avec d’autres personnes.


Merci à Nicolas de m’accorder un peu de ton temps. A bientôt pour une troisième interview.


toute l'association

Document associé

  1. Interview de Nicolas Sevestre

    Interview de Nicolas Sevestre

Se connecter